BELLE ET ARCHAÏQUE STATUE À CLOUS VILI, RÉPUBLIQUE…

Lot 14
30 000 - 40 000 €
Résultat: 65 000 €

BELLE ET ARCHAÏQUE STATUE À CLOUS VILI, RÉPUBLIQUE…

BELLE ET ARCHAÏQUE STATUE À CLOUS VILI, RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO Bois dur fortement érodé, lames et clous de fer
H. 47 cm
BEAUTIFUL AND ARCHAIC VILI POWER FIGURE, DEMOCRATIC REPUBLIC OF CONGO H. 18.5 in
Provenance:
- Collection Marc Moyens, New York
- Jean-Baptiste Bacquart, Paris
- Collection Jean-Claude Bellier, Paris
Animées par des charges magiques, les statues à clous des populations Kongo étaient consultées par le nganga à des fins de divination et de protection. La consultation pouvait être individuelle ou intéresser tout le groupe auquel elles appartenaient lors des évènements impliquant une situation de choix: grandes chasses et pêches, guerres, déplacement d'un village, etc. On leur faisait alors des offrandes propitiatoires, des aspersions rituelles, et le nganga plantait en certaines parties de leur corps des clous ou lames de fer souvent ornées de petits paquets fétiches.
Par leur esthétique mystérieuse et leur aspect magique et redoutable, les statues à clous des populations Kongo sont devenues pour les collectionneurs occidentaux des icônes incontournables des arts tribaux africains.
La statue de la collection Bellier est représentée debout, les bras - aujourd'hui manquants - séparés du corps, et rejoignant l'abdomen à hauteur de l'ombilic. La tête haute est surmontée d'une coiffe tubulaire creusée qui jadis contenait un fétiche, son torse est percé d'une cavité ayant permis également l'insertion d'une charge magique. Les jambes sont puissantes et stylisées en zig-zag. Son visage, mangé par deux yeux immenses en amande et encadré à l'arrière par d'importantes oreilles, rappelle que ce Nkonde voit et entend. Entre les deux sourcils très marqués, des scarifications tribales propres à la région ornent son front.
Une statue stylistiquement comparable appartient aux collections du Musée du quai Branly (Inv.: MH. 31 87 13). Bien que présentant avec cette dernière des signes évidents d'appartenance à un même atelier, la statue Bellier, par son style très vigoureux et son érosion visible, semble appartenir à une époque bien plus archaïque.
Pour la pièce du Musée du quai Branly, consulter: Raoul Lehuard, Les fétiches à clous du Bas-Zaïre, n° 95, page 176.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue