CALAS (Affaire)

Lot 9
3 000 - 4 000 €

CALAS (Affaire)

Jugement souverain des requêtes ordinaires de l'Hôtel du Roi, Qui décharge Anne-Rose Cabibel, veuve de Jean Calas, Marchand à Toulouse; Jean-Pierre Calas, son fils; Jeanne Viguière, Fille de service chez ledit Calas; Alexandre-François Gualbert Lavaysse: et la mémoire dudit défunt Jean Calas, de l'accusation contre eux intentée. Du 9 Mars 1765. Paris, De l'Imprimerie royale, 1765. Placard in-plano (environ 880 x 550 mm), sous encadrement cartonné moderne.
Rarissime placard in-plano proclamant la réhabilitation de Jean Calas, victime de l'une des plus célèbres et tristes affaires judiciaires du xviiie siècle.
Texte imprimé sur quatre colonnes.
Rappelons que Jean Calas, négociant toulousain de confession protestante, avait été accusé d'avoir assassiné l'un de ses fils, Marc-Antoine, pour empêcher ce dernier de se convertir au catholicisme. Condamné à mort le 9 mars 1762, à l'issue d'un procès entaché de nombreux abus de procédure, Jean Calas endura le lendemain le supplice de la roue et son corps fut jeté au feu.
Sa réhabilitation, en partie obtenue grâce à l'action de Voltaire et de son célèbre Traité de la tolérance (1763), se fera le 9 mars 1765, trois ans jour pour jour après l'annonce de sa condamnation.
Le jugement fut immédiatement imprimé à l'Imprimerie royale et publié en tous formats, nous dit Athanase Coquerel dans Jean Calas et sa famille, étude historique d'après les documents originaux, 1858, p. 274. Il se présente ici au monumental format in-plano, destiné à être directement affiché sur la place publique; format on ne peut plus symbolique pour célébrer une victoire sur l'intolérance et le fanatisme religieux.
Traces de plis.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue