Lot 1
3 000 - 4 000 €

BANVILLE (Théodore de).

Odes funambulesques. Alençon, Poulet-Malassis et De Broise, 1857. In-12, maroquin vert, encadrement d'un double filet doré et d'un listel de maroquin citron aux contours irréguliers dans les angles, fleuron aux angles, dos orné avec caissons dorés et mosaïqués, doublure bord à bord de maroquin vert foncé, dentelle intérieure, gardes de soie brochée, doubles gardes de papier marbré, tranches dorées sur témoins, couverture et dos, chemise demi-maroquin et étui (Mercier sr. de Cuzin).
Édition originale, ornée d'un frontispice gravé à l'eau-forte par Félix Bracquemond d'après un dessin de Charles Voillemot.
Un des quelques rares exemplaires sur papier vergé fin (tirage à 50 exemplaires selon Clouzot).
Il n'est pas cartonné et contient la planche dépliante de musique de Charles Delioux pour les Triolets, placée entre les pp. 8-9.
On y a ajouté la fameuse pièce de vers autographe de Banville adressée à Catulle Mendès, copiée sur un exemplaire des Odes funambulesques, puis imprimée dans Sonnailles et clochettes en 1890 (6 quatrains copiés sur 2 feuillets et montés en tête). Cette étourdissante jonglerie aux accents de calembour est dans toutes les mémoires:
Très souvent, las des Philistins, Et les yeux troublés, cher Catulle
Par les cheveux de Philis teints, J'irais volontiers jusqu'à Tulle [...].
Parfaite reliure mosaïquée et doublée de Mercier.
Des bibliothèques Louis Barthou (III, 1936, n° 1208) et Pierre Guérin (1, 1938, n° 207, ex-libris par Laboureur).
Couverture un peu salie.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue