Lot 17
15 000 - 20 000 €
Laisser un ordre d'achat
Votre montant
 €
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

BAUDELAIRE (Charles).

«Quant à moi, si j'avais un beau parc planté d'ifs...». Poème autographe signé C. Baudelaire, [1840-1844], 1 page in-4 oblong (213 x 294 mm), sous chemise demi-maroquin noir moderne.
Unique manuscrit d'un poème de jeunesse publié après la mort de Baudelaire.
Ce sonnet parut dans Le Monde illustré (2 décembre 1871), avant d'être repris dans les Oeuvres posthumes en 1908. Sur foi de ces publications, Claude Pichois, qui n'avait pas eu accès à ce manuscrit, l'insère parmi les «Poésies attribuées» à Baudelaire dans son édition des Oeuvres complètes. Découvrant ensuite le manuscrit dans la collection B. Loliée, l'éditeur n'a plus aucun doute: la graphie et la signature sont celles du poète (voir L'Atelier de Baudelaire).
Il s'agit d'une pièce de jeunesse, des années 1840-1844, probablement recopiée en 1844 dans un album. Claude Pichois rapproche ces vers d'une pièce d'Hugo, À un riche (Les Voix intérieures, 1837), à laquelle Baudelaire semble ici faire écho.
Si l'influence de Lamartine et Hugo est ici bien visible, un style plus personnel transparait déjà:
Je sais qui je voudrais cacher sous mes feuillées, Avec qui secouer dans les herbes mouillées, Les perles que la Nuit y verse de ses doigts; Avec qui respirer les odeurs de rivières, Et dormir à midi dans les chaudes clairières, Et tu le sais aussi, Belle aux yeux trop adroits.
Seul manuscrit connu de ce poème. La rareté des manuscrits de jeunesse de Baudelaire, et surtout de ses poèmes, rend celui-ci particulièrement précieux. L'aspect et le format oblong montrent qu'il provient d'une page d'album. Selon Pichois, le poème peut dater de 1840 et avoir été recopié dans cet album en 1844.
Oeuvres complètes, Pléiade, 1975, éd. Cl. Pichois (t. I, p. 216-217; voir aussi p. 1246), avec deux variantes de texte et une ponctuation différente. Le manuscrit est reproduit dans L'Atelier de Baudelaire: Les Fleurs du Mal, éd. Cl. Pichois et J. Dupont, Champion, 2005, t. I, p. 851 et t. IV, p. 3498-3499. Voir notamment A. Schellino, «Existe-t-il un “cycle de Félicité” dans l'oeuvre en vers de Baudelaire?», Revue d'Histoire littéraire de la France, 2017, n° 3, p. 703-704.
Large mouillure sur la partie inférieure du feuillet; déchirure de 4 cm restaurée.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue