Photographies : Eugène ATGET 46 vues de Paris et détails d'architecture

jeudi 09 novembre 2017 18:00
Salle 15 - Drouot-Richelieu, 9, rue Drouot 75009 Paris
Informations sur la vente
Expositions publiques
Mercredi 8 novembre de 11h à 18h
Jeudi 9 novembre de 11h à 16h
Téléphone pendant l'exposition et la vente : +33 (0)1 48 00 20 15
Vente à 18h (#drouotnocturne)

46 photographies détachées d’un album inédit d’Eugène ATGET (1857-1927).

Intitulé simplement Album de photographies. Documentation., ce livret est commandé au photographe par une agence de décoration parisienne en activité vers 1910. Les épreuves qu’il renferme illustrent le vieux Paris, des bâtiments les plus remarquables aux plus modestes, immortalisant des détails séduisant mais discrets.

Eugène Atget naît à Libourne en 1857. Il abandonne une carrière théâtrale pour se consacrer à la photographie vers 1888-1890. Autodidacte, il commence par réaliser des « Paysages, animaux, fleurs, monuments, documents, premiers plans pour artistes, reproductions de tableaux, déplacements, collection n'étant pas dans le commerce », comme on peut le lire dans une annonce de 1892.

« J’ai recueilli, pendant plus de vingt ans, par mon travail et mon initiative individuelle, dans toutes les vieilles rues du vieux Paris, des clichés photographiques, format 18/24, documents artistiques sur la belle architecture civile du XVIe au XIXe siècle : les vieux hôtels, maisons historiques ou curieuses, les belles façades, belles portes, belles boiseries, les heurtoirs, les vieilles fontaines, les escaliers de style (bois et fer forgé) ; les intérieurs de toutes les églises de Paris... Cette énorme collection, artistique et documentaire est aujourd’hui terminée. Je puis dire que je possède tout le vieux Paris. » 
Eugène Atget à Paul Léon, directeur des Beaux-Arts (lettre de 1920).

Vers 1897-1898, la création de la Commission du Vieux Paris coïncide avec le projet du photographe de réaliser une vue d’ensemble de la capitale, ses quartiers anciens et ses petits métiers appelés à disparaître. Le début du siècle suivant sera marqué par le commencement d’un gigantesque chantier : photographier les éléments décoratifs, portes, balustrades d'escaliers, détails de fer forgé sur les façades et devantures de magasins... du Paris avant Haussmann.

À partir de 1910, il définit cinq thématiques selon lesquelles il organise son travail : Paysages-Documents ; Art dans les Environs ; Paris Pittoresque ; Art dans le vieux Paris ; Topographie du vieux Paris. L’ensemble des clichés proposés dans cette vente offre un bel aperçu du travail du photographe : quatre des cinq catégories sont représentées.

Art dans le vieux Paris, réalisée entre 1898 et 1927, occupe une place centrale dans l’œuvre d’Atget. Il ambitionne de photographier l’ensemble de la ville assimilée au vieux Paris à des fins documentaires et historiques. Façades, portes, églises, escaliers, cours intérieures… Cette série répond à une perception nouvelle de la ville comme objet d’histoire autonome, née à la fin du XVIIIe siècle certainement avec Les tableaux de Paris de Louis Sébastien Mercier et Notre Dame de Paris de Victor Hugo, renforcée par les transformations urbaines opérées par Haussmann au cours du XIXe siècle.
Le livret comprend notamment :
 L’Hôtel de Montrésor, rue de Turenne, Paris, 1898. Épreuve sur papier albuminé d’époque. (12 000 / 15 000 €)
La Balustre de l’Hôtel Gourgues, Paris, 1898. Épreuve sur papier albuminé d’époque. (8 000 / 10 000 €)
L’Escalier de l’ancien monastère des Bénédictins anglais, Paris, 1898. Épreuve sur papier albuminé d’époque. (5 000 / 6 000 €)
Dans la série L’art dans les environs, le photographe s’intéresse, à partir de 1910, à la banlieue et aux alentours de Paris.
De cette série, l’album comprend :
L’Ancien cloître des Chanoines, Meaux, 1908. Épreuve sur papier albuminée d’époque. (10 000 / 12 000 €)
La Console et le miroir du Château de Bagatelle, 1898. Épreuve sur papier albuminée d’époque. (6 000 / 8 000 €)
Le Paris pittoresque représente la vie dans la rue : images de vitrines, de devantures de boutiques et d’habitants.
On découvre entre autre :
La Boutique Louis XVI, Île Saint Louis, Paris, 1898. Épreuve sur papier albuminé d’époque. (6 000 / 8 000 €)
La boucherie Saint-André des Arts, Paris, 1908. Épreuve sur papier albuminé d’époque. (6 000 / 8 000 €)
Le travail d’Eugène Atget initie, dès le début du XXe siècle, la modernité en photographie. Les vues de parcs et les reflets des vitrines interpellent les surréalistes et Man Ray, dès 1926, publie trois d’entre elles dans le n° 7 de La Révolution surréaliste.

Walter Benjamin, célèbre historien de l’art, écrivait en 1931 :
« Atget est presque toujours passé à côté des " belles vues et des soi-disant curiosités ­ mais pas d'une longue rangée de bottines ni d'une cour parisienne où s'alignent en rang du matin au soir les charrettes à bras... Pourtant, curieusement, presque toutes ces images sont vides. Vide la porte d'Arcueil près des fortifs, vides les escaliers d'honneur, vides les cours, vides les terrasses des cafés, vide, comme il se doit, la place du Tertre. Non pas déserts mais mornes ; sur ces images, la ville est évacuée, comme un appartement qui n'a pas encore trouvé de nouveau locataire. Ces capacités sont celles par lesquelles la photographie surréaliste installe une salutaire distance entre l'homme et son environnement. Elle laisse le champ libre au regard politiquement éduqué, devant lequel toute intimité cède la place à l'éclaircissement du détail. »

exposition publique :
mercredi 8 novembre de 11h à 18h
jeudi 9 novembre de 11h à 13h

téléphone pendant l'exposition et la vente : 33(0)1 48 00 20 15

EXPERT :
SERGE PLANTUREUX
Membre du SFEP et de la SFP
Cabinet d’expertise & d'investigation
80 rue Taitbout 75009 Paris
tél. +33 (0)1 40 16 80 80 ou +33 (0)6 50 85 60 74 - expertises@plantureux.fr
www.sergeplantureux.com

contact :
info@betg.fr
tel 33.(0)1 47 42 78 01
Conditions de ventes
La vente se fera au comptant en euros. Les acquéreurs paieront en sus des enchères par
lot, les frais et taxes suivants : 27% TTC.
Les enchères suivent l’ordre des numéros du catalogue.
La Société de Vente et les Experts se réservent la faculté, dans l’intérêt de la vente, de
réunir ou de diviser les numéros du catalogue.
Les dimensions et poids des oeuvres sont donnés à titre indicatif.
CATALOGUE
Nous avons notifié l’état des objets dans la mesure de nos moyens, il est mentionné au
catalogue à titre strictement indicatif. Les biens sont vendus dans l’état où ils se
trouvent au moment de la vente. L’absence de mention dans le catalogue, n’implique
nullement que le lot soit en parfait état de conservation ou exempt de restauration,
usures, craquelures, rentoilage ou autres imperfections. Une exposition ayant permis un
examen préalable des pièces décrites au catalogue, il ne sera admis aucune réclamation
concernant l’état de celles-ci, une fois l’adjudication prononcée et l’objet remis. Le réentoilage,
parquetage ou doublage sont considérés comme une mesure conservatoire
et non comme un vice.
Sur demande, un rapport de condition pourra être fourni pour les lots dont l’estimation
est supérieure à 1 000 €.
Les estimations sont fournies à titre purement indicatif.
Les mentions concernant la provenance et/ou l’origine du bien sont fournies sur
indication du vendeur et ne sauraient entraîner la responsabilité de l’O.V.V. Binoche et
Giquello.
ORDRES D’ACHATS
Tout enchérisseur qui souhaite faire une offre d’achat ou enchérir par téléphone peut
envoyer sa demande par courrier, par mail ou par fax, à l’O.V.V. Binoche et Giquello,
accompagnée de ses coordonnées bancaires et postales. Les enchères par téléphone
sont un service gracieux rendu aux clients qui ne peuvent se déplacer.
L’O.V.V. Binoche et Giquello et ses employés ne pourront être tenus responsables en cas
d’erreur éventuelle ou de problème de liaison téléphonique. Lorsque deux ordres d’achat
sont identiques, la priorité revient au premier ordre reçu.
En cas d’adjudication, le prix à payer sera le prix marteau ainsi que les frais, aux
conditions en vigueur au moment de la vente.
VENTES AUX ENCHÈRES EN LIGNE
Une possibilité d’enchères en ligne est proposée. Elles sont effectuées sur le site internet
www.drouotlive.com, qui constitue une plateforme technique permettant de participer
à distance par voie électronique aux ventes aux enchères publiques ayant lieu dans des
salles de ventes. Le partenaire contractuel des utilisateurs du service Drouot Live est la
société Auctionspress. L’utilisateur souhaitant participer à une vente aux enchères en
ligne via la plateforme Drouot Live doit prendre connaissance et accepter, sans réserve,
les conditions d’utilisation de cette plateforme (consultables sur www.drouotlive.com),
qui sont indépendantes et s’ajoutent aux présentes conditions générales de vente.
ADJUDICATAIRE
L’adjudicataire sera le plus offrant et dernier enchérisseur pourvu que l’enchère soit égale
ou supérieure au prix de réserve éventuel. Dans l’hypothèse où un prix de réserve aurait été
stipulé par le vendeur, l’O.V.V. Binoche et Giquello se réserve le droit de porter des enchères
pour le compte du vendeur jusqu’au dernier palier d’enchère avant celle-ci, soit en portant
des enchères successives, soit en portant des enchères en réponse à d’autres enchérisseurs.
En revanche le vendeur ne sera pas admis à porter lui-même des enchères directement ou
par mandataire. Le coup de marteau matérialisera la fin des enchères et le prononcé du
mot « adjugé » ou tout autre équivalent entraînera la formation du contrat de vente entre
le vendeur et le dernier enchérisseur retenu. En cas de double enchère reconnue effective
par le commissaire-priseur, le lot sera immédiatement remis en vente, toute personne
intéressée pouvant concourir à la deuxième mise en adjudication.
Dès l’adjudication, les objets sont placés sous l’entière responsabilité de l’acquéreur. Il
appartiendra à l’adjudicataire de faire assurer le lot dès l’adjudication. Il ne pourra tenir
l’O.V.V. Binoche et Giquello, responsable en cas de perte, de vol ou de dégradation de
son lot.
PAIEMENT
L’adjudicataire a l’obligation de payer comptant et de remettre ses nom et adresse.
En application des règles de TRACFIN, le règlement ne pourra pas venir d’un tiers.
En cas de paiement par chèque non certifié, la délivrance des objets pourra être différée
jusqu’à la garantie de l’encaissement de celui-ci. Un délai de plusieurs semaines peut être
nécessaire. Les acquéreurs ne pourront prendre livraison de leurs achats qu’après un
règlement bancaire. Les chèques tirés sur une banque étrangère ne seront autorisés
qu’après accord préalable de la Société de Vente. Pour cela il est conseillé aux acheteurs
d’obtenir, avant la vente, une lettre accréditive de leur banque pour une valeur
avoisinant leur intention d’achat, qu’ils transmettront à la Société de Ventes.
Paiement en espèces conformément au décret n°2010-662 du 16 juin 2010 pris pour
l'application de l'article L.112-6 du code monétaire et financier, relatif à l'interdiction
du paiement en espèces de certaines créances.
En cas d’exportation hors de l’UE, le remboursement de la TVA ne pourra s’effectuer
qu’après l’obtention de la preuve que le bien a été exporté dans un délai de 3 mois
suivant la vente. Le remboursement sera fait au nom de l’acheteur. (cf : 7e Directive TVA
applicable au 01.01.1995).
Les bordereaux acquéreurs sont payables à réception. A défaut de règlement sous 30
jours, l’O.V.V. Binoche et Giquello pourra exiger de plein droit et sans relance préalable,
le versement d’une indemnité de 40 euros pour frais de recouvrement (Art L 441-3 et Art
L 441-6 du Code du Commerce).
A DÉFAUT DE PAIEMENT
Conformément aux dispositions de l’article L. 321-14 du Code de Commerce, à défaut
de paiement par l’adjudicataire, après mise en demeure restée infructueuse, le bien sera
remis en vente à la demande du vendeur sur folle enchère de l’adjudicataire défaillant ;
si le vendeur ne formule pas sa demande dans un délai d’un mois à compter de
l’adjudication, il nous donne tout mandat pour agir en son nom et pour son compte à
l’effet, à notre choix, soit de poursuivre l’acheteur en annulation de la vente trois mois
après la vente, soit de le poursuivre en exécution et paiement de ladite vente, en lui
demandant en sus et dans les deux hypothèses tous dommages et intérêts, frais et
autres sommes qui nous paraitraient souhaitables.
RETRAIT ET EXPÉDITION DES ACHATS
Sauf accord préalable avec l’acheteur, les objets volumineux et les meubles sont à retirer
au magasinage de l’Hôtel Drouot.
Les autres lots sont à retirer dans un délai de 15 jours dans les locaux de l’OVV Binoche
et Giquello. Le délai passé, le stockage sera facturé 2 euros minimum par jour ouvré.
Magasinage Drouot :
Tout objet/lot demeurant en salle le lendemain de la vente à 10 heures, et ne faisant
pas l’objet d’une prise en charge par la société de ventes, est stocké au service
Magasinage de l’Hôtel Drouot.
Accès par le 6bis rue Rossini – 75009 Paris.
Ouvert du lundi au samedi de 9h à 10h et de 13h à 18h.
Le service Magasinage est payant, à la charge de l’acquéreur.
La tarification au 1er septembre 2016 est la suivante :
Frais de dossier par lot : 5 € HT
Frais de stockage et d’assurance : 1 € HT/jour, les 5 premiers jours ouvrés
5€/9€/16€ HT/jour, à partir du 6e jour ouvré, selon l’encombrement du lot.
Une semaine de magasinage est offerte pour les clients de Drouot Transport.
Le magasinage de l’Hôtel des ventes n’engage pas la responsabilité l’O.V.V. Binoche et
Giquello à quelque titre que ce soit.
Pour toute expédition, un forfait minimum de 36 euros sera demandé.
BIENS CULTURELS
L’état français dispose d’un droit de préemption sur les oeuvres d’art ou les documents
privés mis en vente publique. L’exercice de ce droit intervient immédiatement après le
coup de marteau, le représentant de l’Etat manifestant alors la volonté de ce dernier de
se substituer au dernier enchérisseur, et devant confirmer la préemption dans les 15 jours.
La société binoche et giquello n’assume aucune responsabilité des conditions de la
préemption par l’Etat français. L’exportation de certains biens culturels est soumise à
‘obtention d’un certificat de libre circulation pour un bien culturel. Les délais d’obtention
du dit certificat ne pourront en aucun cas justifier un différé du règlement. L’O.V.V.
Binoche et Giquello et/ou le Vendeur ne sauraient en aucun cas être tenus responsables
en cas de refus dudit certificat par les autorités.